Les idées lièvres

> Libro <
 
 

JOSÉ BERGAMÍN
LES IDÉES LIÈVRES
Traduction de l’espagnol : Yves Roullière
Préface : Nigel Dennis

Collection : Sacrilège
Format : 13,5 x 20,5 cm
Pagination : 228 p.
Prix de vente : 17 euros TTC
ISBN: 978-2-916749-28-0

Il faut faire courir les idées comme les lièvres : non pour les saisir, mais pour les voir courir. Et sans trop les suivre – poursuivre –, ni les achever.

L’AUTEUR :
écrivain, poète, dramaturge, scénariste et intellectuel espagnol, né à Madrid en 1895 et mort à Fontarabie le 28 août 1983.
Comme tant d’autres hommes de sa génération, la guerre civile espagnole scinda l’existence de José Bergamín en deux parties.
Appartenant «poétiquement à la constellation de 27» (selon Florence Delay), il fut un intellectuel de combats qui, sous des formes apparemment frivoles, abordait les questions essentielles. Président du congrès des écrivains antifascistes, il est mis en scène par Malraux dans L’Espoir, sous le patronyme de Guernico. La fin de la guerre marqua le début d’exils multiples (Mexico, Caracas, Montevideo, Paris) entrecoupés de retours en Espagne, le dernier en 1970.
Figure polémique et controversée, il fut un dissident épidermique. Critique envers diverses personnalités de la transition, il se rapprocha, vers la fin de sa vie, de la cause basque. S’il est connu essentiellement comme essayiste, son oeuvre poétique est considérable. Il est également un maître de l’aphorisme : «L’ombre qui me sépare l’âme du corps se fait, de jour en jour, de plus en plus claire.»

LE LIVRE :
Cette anthologie de textes courts (aphorismes, articles…) couvre la période 1935-1980 donnant ainsi une vision complète et chronologique de la pensée de l’auteur. Il y aborde la politique, la théologie mystique, la littérature, la musique, la peinture, la tauromachie…
Les choses restent. Les idées s’en vont. Voilà pourquoi la réalité n’existe pas.
Hormis quelques publications en revue, ces textes sont tous inédits en français. Nous avons confié cette édition à Yves Roullière, traducteur (pour les éditions de L’éclat et du Rocher) et grand spécialiste français de Bergamín, qui accompagnera les textes d’un appareil de notes conséquent.
« Il tenait une très mauvaise idée. » Toutes les idées sont mauvaises, très mauvaises, quand on les tient ; car on les détient – et retient – au lieu de les laisser courir.
À la lecture de ces flèches acérées et insolemment fines, Bergamín est bien cet « écrivain d’idées, constamment agile et inquiet » décrit par Nigel Dennis, responsable de l’édition des oeuvres en Espagne.
– Que me dites-vous, mon ami, de ces ombres qui reviennent, qui sont toujours différentes et paraissent toujours les mêmes, et qui, lorsque nous voulons les arrêter, nous échappent ?
– Que ce sont des ombres de nuages.
Dans les derniers textes publiés, en partie dans la presse basque, Bergamín mène une violente charge contre la transition espagnole (dirigeants socialistes et royauté) et attaque la papauté (il appelle Jean-Paul II, le « perroquet blanc de Cracovie ») avec une énergie intacte.

Parution : Avril 2012

Fuente: http://fondeursdebriques.perso.neuf.fr

Iván López Cabello

Université de Bretagne Occidentale / Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image (HCTI - EA 4249)

More Posts